un-espace-de-poesie

un-espace-de-poesie

 

Ce blog est mon atelier de poésie, je le laisse volontairement ouvert à tous les vents...

À commencer par le votre, dans la rubrique "Influences", je vous invite à me laisser en commentaire un poème qui un jour vous a fait vibrer, un poème qui vous a fait aimer la poésie.

Alors n'hésitez pas à participer à ce blog en y partageant la poésie que vous aimez !!

 

 

 

Je suis présent dans les revues :  Lichen et Le Capital des Mots

 

 

 

 artimage_812229_7734325_20180601284731.jpg Résultat de recherche d'images pour "Le capital des mots"

                                   

 

 

 

 

 

 

 

 Le 25 septembre 2018

Le 16 janvier 2019

Numéro 27, juin 2018

Numéro 28, juillet-août 2018

Numéro 29, septembre 2018

Numéro 31, novembre 2018

Numéro 32, décembre 2018

 

 

 

Dernières publications

 

 

 

Les bateaux qui passent

Les bateaux qui passent au large Sont toujours un peu trop loin Toujours un peu trop petit Si petits qu'entre mes doigts Je pourrais les écraser Les bateaux qui passent au large Sont définitivement loin Des récifs sur le rivage Et des traces que je laisse Sur le sable mouillé de la plage Les bateaux qui passent au large Ne savent pas qui je suis Ils ne connaissent que les marins Qui vivent dans les ports Les bateaux qui passent au large Ne fo...

To be or not... ?

Je cogite sur l'échafaud Suis-je encore bien vivant ? Ou suis-je déjà mort ? Ne l'ai-je pas toujours été ? C'est là sur l'échafaud Que les morts se réveillent Sous l’œil dubitatif du bourreau C'est là sur l'échafaud Que mon cœur se met à battre A s'affoler, à paniquer J'étais donc en vie ! Ça fait rire le bourreau C'est déjà ça... ©Un espace de poésie

Pour des fantômes

Je crains ne brasser que du vent Du vent et quelques fantômes Des fantômes qui se jouent des mots Des fantômes qui se jouent de moi A disparaître sous mes draps A hanter les mots que j'écris Je crains ne brasser que du vent J'ai peur de perdre mon temps A écrire pour des fantômes Des poèmes transparents Des trucs qui n'existent pas... ©Un espace de poésie

Là où se croisent les chemins

Là où se croisent les chemins Personne ne s'arrête bien longtemps De peur de ne plus repartir De peur de ne plus savoir où aller Là où se croisent les chemins S'entremêlent nos amours Et se brouillent nos destinations Là où se croisent les chemins Les racines sortent de terre Guettant nos pas hésitants Là où se croisent les chemins Il y a des flaques aux reflets douteux De la boue sur nos chaussures Et de la brume dans nos têtes Là où se croisent le...

Les poèmes qui ne servent à rien

Les poèmes qui ne servent à rien Se diluent dans le vide des jours Ils délassent ma main, ma tête Ils remplissent mes pages Encombrent mes tiroirs Les poèmes qui ne servent à rien Chantent la vacuité du monde L'ennui qui nous traverse, intemporel et mystérieux Les poèmes qui ne servent à rien Sont des traces dans la poussière emportée par le vent Ils gardent en eux le souvenir invisible de la quête des vivants Tel le reflet d'un ciel sans nuage Dans l...

Trêve

Trêve de bavardage et de vide à remplir De mots hors d'usage, de sentiments fanés Trêve d'hivers trop longs, trêve de mains gelées De ces chemins que l'on suit à n'en plus finir Trêve d'images qui lestent nos souvenirs Qui nous tordent le cou et fatiguent nos pieds De rimes pompeuses et autres vanités Trêve, trêve, trêve ! Pour éviter le pire Pour parvenir à ce silence, irréductible Au vide indicible qui transperce la cible Où le sens de la vie fera...

L'hiver est arrivé

Compte tenu des circonstances Compte tenu du temps qui passe De la mort qui toujours menace Au bout du chemin, nos errances Et ce blanc qui sur nous se pose Sur nos visages résignés Là, sur nos âmes fatiguées De ressasser toutes ces choses Toutes ces choses insensées Qui volent dans les courants d'air Qui traversent les cimetières De ceux qui nous ont précédés Compte tenu des circonstances Au train d'enfer où vont les choses Au vu de nos humeu...

Abandonnée

J'ai retrouvé tout au fond d'un fossé Une bague, un soulier, une citrouille Une robe de mariée déchirée Un premier amour parti en vadrouille Un qui a préféré se débiner Un qui devait avoir un peu la trouille Un qui voulait encore s'amuser Ou qui n'avait pas envie que l'on fouille Dans les coins cachés de sa vie privée Il ne voulait pas de carabistouille Pas de bébé, pas de nez à moucher La princesse est comme une pauvre nouille Plus le moindre crapaud...

Pas plus loin

Quand la vie vire à l'injure Que les gens se désespèrent De voir dans les tas d'ordures Danser les rats, les vipères Moi, je ne vais pas plus loin Je reste dans un lieu sûr Pas plus loin qu'entre tes mains Je ne cherche l'aventure Dans les rues nauséabondes D'une humanité insane Pas un seul âne à la ronde Ni même un moine en soutane Alors jusqu'au lendemain Je reste dans un lieu sûr Pas plus loin qu'entre tes seins Je ne cherche l'aventure...

Un peu plus loin

Irai-je voir au bout du chemin S'il reste un lendemain Ou bien juste une falaise Ou bien juste un ravin Un précipice où l'on dévisse Irai-je voir au bout du chemin A quoi ressemble l'au-delà Ce monde où je ne suis pas Saurai-je trouver le chemin Qui m'emmènera un peu plus loin Un peu plus loin qu'ici bas Un peu plus loin qu'un prochain pas Me faudra-t-il enjamber des barrières Sauter par dessus les fossés Longer la voie ferrée Qui se perd dans la v...

 

 

Etcetera :

 

_MPP3427.jpg
Photo : Marine Petit