un-espace-de-poesie

un-espace-de-poesie

 

Ce blog est mon atelier de poésie, je le laisse volontairement ouvert à tous les vents...

À commencer par le votre, dans la rubrique "Influences", je vous invite à me laisser en commentaire un poème qui un jour vous a fait vibrer, un poème qui vous a fait aimer la poésie.

Alors n'hésitez pas à participer à ce blog en y partageant la poésie que vous aimez !!

 

 

 

Je suis présent dans les revues :  Lichen et Le Capital des Mots

 

 

 

 artimage_812229_7734325_20180601284731.jpg Résultat de recherche d'images pour "Le capital des mots"

                                   

 

 

 

 

 

 

 

 Le 25 septembre 2018

Le 16 janvier 2019

Numéro 27, juin 2018

Numéro 28, juillet-août 2018

Numéro 29, septembre 2018

Numéro 31, novembre 2018

Numéro 32, décembre 2018

Numéro 35, mars 2019

Numéro 36, avril 2019

 

 

 

Dernières publications

 

 

 

Dépit des mots

Mon dieu que les mots sont tristes Inhabités et sans vie Faut-il en faire la liste Pour comprendre mon dépit Pas un seul à pouvoir dire Dire ce que je fais là Pourquoi je vis, je respire Pourquoi tout ce tralala Pas un seul à pouvoir dire Où je vais ni d'où je viens Où et quand je vais mourir Où finissent les chemins Les mots sont tout justes bon A s'embrouiller dans ma tête A poser mille questions Des questions sans queue ni tête Qui sème...

Face de rat

Cela ne vaut pas un poème C'est bien trop d'honneur à lui faire Ce serait donner de la crème A un porc, à un ver de terre Pas le moindre petit poème Pour sa gueule d'enfant gâté Sa tronche de gosse à problème Pour cela il peut se brosser Je garde mes mots dans ma poche Je les garde pour ceux que j'aime Je ne les donne pas aux cloches Aux tanches, aux morues, aux brèmes Ou bien je crache celui-là Pour avec mes mots, le maudire Pour souffrir sa...

Diable !

Mon Dieu, n'est-ce pas le diable Que j'ai vu au paradis Se prélasser sur le sable Sous le soleil de midi ? Est-il devenu un saint Un espion, un repenti Cesse-t-il d'être malin Pour se retrouver ici ? Ou c'est ma schizophrénie Qui me joue encore un tour Pour voir ainsi réunis Diable et Dieu le même jour Et pourquoi pas pour toujours Au diable l’hypocrisie Il n'est pas qu'à Dieu, l'amour Il est aussi hérésie ! Oui l'amour est diabolique Tou...

Sur le bout de la langue

J'ai sur le bout de la langue Le goût salé de ta peau Le goût sucré d'une mangue La douceur d'un Chamallow J'ai sur le bout de la langue La réponse à ta question Te souviens-tu du Big-Bang ? Je crois bien que c'était non J'ai sur le bout de la langue Encore un peu d'amertume Du maître qui nous harangue Et de nos têtes qui fument J'ai sur le bout de la langue Des mots un peu fatigués Un poème un peu exsangue Bien caché dans mes pensées ©Un...

Juste s'asseoir

Quand tu sais que la vie bascule En une fraction de seconde La terre aura beau être ronde Comme ton ventre sous ton pull S'il ne suffit que d'un clin d’œil Ou juste un claquement de doigt D'un rien, d'un petit aléa D'un léger souffle dans les feuilles Pour que le monde se renverse Nous mette la tête à l'envers Pour que l'on ait les pieds en l'air Pour qu'une flèche nous transperce Quand tu sais que tu ne sais rien De ce que demain tu seras De...

Sur mon Solex

Face à mes amours kleenex Face à mes ex pas très clean Je m'excuse et je m'incline Si je n'ai pas été ex- emplaire toutes les fois C'est la faute à mes complexes Qui me laissaient tout perplexe Face aux supposés exploits Que ces ex, beaucoup trop ex- citées exigeaient d'mon corps Voulant encore et encore Chevaucher mon beau Solex Pour aller sur les dos d’âne S'exclamer à chaque coup De selle dans le train, zou ! Et zou, oh oui, oui, je plane...

Quitter Paris

Je laisse la place, à qui le tour ? A toi mon amour ? Moi je suis las Des beaux discours, faux-cul dans la glace Je pars hélas, vite et sans détour Je me casse, je vais et je cours Au bout du bourg, jusqu'à Montparnasse Sauter dans le premier train qui passe Et qui s'en va loin des alentours Respirer l'air de loin de Paris Voir les couleurs qui sont pas d'ici Voir si le ciel est plus bleu là-bas Plus bleu que le bleu des gyrophares Je m'en vais...

Là où la lune luit

Je m'éloignerai du brouhaha de la ville Jusqu'à ne plus en entendre le moindre bruit Je m'en irai au loin, là où la lune luit Je m'en irai trouver sa présence futile Et face au charme délicat de l'inutile A la clarté silencieuse qui étourdit A la lumière nostalgique de la nuit A ses rondeurs, pâles et fragiles... Fébrile Je demanderai l'asile encore une fois Même s'il fait froid et qu'elle ne m'entend pas J'implorerai la lune pour qu'elle m'embrasse...

50 ans demain

50 ans demain 50 balais 50 quilles 50 piges 50 révolutions terrestres, pour une révolution intérieure qui n'en finit pas 50 bougies qui défient mon souffle faiblissant 50 perles enfilées sur le fil d'une vie dont je n'ai la mesure 50 ans, ça pèse, ça fait son poids 50 fois ma langue dans ma bouche, c'est pas encore assez 50 fois vérifier sous mon lit qu'il n'y ait pas de fantôme 50 fois voir les arbres fleurir 50 fois voir les feuilles tomber 50 fois...

Une simple illusion

Je ne suis qu’une simple illusion L’ennemi que tu as inventé Qui t’empêche de tourner en rond Inlassablement à tes côtés Toujours le premier à t’embêter C’est moi le caillou dans ta godasse Le tapis où tu te prends les pieds Le boulet qui te suit à la trace Je suis ton reflet insupportable Je suis ta folie, ton agent double Je suis ta passion déraisonnable Un emmerdeur, un semeur de trouble Mon ami, je suis un vagabond Un alter ego désabusé De...

 

 

Etcetera :

 

_MPP3427.jpg
Photo : Marine Petit